Catherine Belkhodja

PERFORMANCE : LE DÉPAYS DE CHRIS MARKER

Le jeudi 10 avril 2014
Lecteurs : Etienne Sandrin, Catherine Belkhodja
Musique Live : Rainier Lericolais
Texte et photos : Chris Marker


Disparu à l'été 2012 à l'âge de 91 ans, Chris Marker demeure une figure majeure de la modernité depuis les années 1950. Dans son oeuvre immense, il y a, outre maints films marquants (La Jetée, Sans soleil, Level five, Chats perchés) des pièces multimédias, des photographies, des collages, ainsi que des livres. Parmi ceux-ci, Le Dépays est un livre de photos et de textes que Chris Marker a publié à la suite de son voyage au Japon entre septembre 1979 et janvier 1981. En février 1982, il écrit un commentaire qui accompagne la publication des photos. Ce livre est un carnet de voyage en même temps que l'évocation de son intense relation avec le Japon - et les chats japonais. Paru aux éditions Hercher en 1982, il est aujourd'hui presque introuvable.

C'est à l'occasion d'un projet de programmation de films de Marker au Japon qu'Étienne Sandrin propose à l'artiste de faire la lecture publique du Dépays, accompagné de la projection des photographies du livre. Avec son accord, ce projet se concrétise en 2012 à Tokyo - dans le cadre du festival Hors Pistes Tokyo - avec Yuko Fukuzaki,, puis au festival de Yamagata en 2013.

Il était naturel, pour cette première présentation à Paris, de faire appel à Catherine Belkhodja, égérie markérienne, actrice de Level 5. La musique composée par Rainier Lericolais, plasticien et compositeur, accompagne cette lecture. Elle a été construite à partir des sons des lieux du livre (métro de Shinjuku, cimetière des chats de Gotokuji,). Elle est ponctuée au piano par David Sanson qui reprend l'air du Corsaire, cher à Marker.

Les photos du livre défilent sur un grand écran - comme un film de cinéma. Au devant de la scène, deux lecteurs lisent - ou disent - le texte du livre, se répondent, en accord - ou en contrepoint - avec les images projetées, accompagnés - ou interrompus - par les musiciens. Il ne s'agit pas de restituer de manière littérale le livre, mais plutôt, au moyen des textes, des images et de la musique, de donner à voir une idée du Japon : celle de Marker, son "dépays".

Catherine Belkhodja :
Artiste franco-algérienne multimédias, Catherine Belkhodja est très impliquée dans l'écologie et la protection de l'environnement. Collaboratrice de nombreux journaux ou revues littéraires, elle propose ou présente de nombreuses émissions de télévision en France, au Japon ou en Allemagne, et interprète ses premiers rôles au cinéma, à la radio, au théâtre et à la télévision. Elle publie ses premiers textes (haïkus, poésies, nouvelles, scénarios). Muse de Chris Marker, Catherine Belkhodja participe depuis 1986 à des expositions ou installations qu'il ou elle initie (Silent Movie, Level Five, Getting away, Parfaitement imparfaite, Monsieur Clou, Guillaume en Égypte, Spectre). Fondatrice de "Belleville Galaxie" et de l'association "Chris Marker", elle est porteuse d'un projet de musée à Paris dans le XXe arrondissement, présentant en permanence des oeuvres ou installations de Chris Marker accompagnées d'installations éphémères d'artistes contemporains.

Rainier Lericolais :
La pratique artistique de Rainier Lericolais tient autant des arts plastiques que de la recherche musicale, ces deux pratiques étant maintenues à bonne distance l'une de l'autre, accordant une place prépondérante à l'expérimentation et au ratage éventuel. Les moyens et les outils mis en oeuvre sont généralement peu conventionnels. Ses oeuvres sont entre autre dans les collections du Mac Val, du FNAC et du Centre national Georges Pompidou. Sa prochaine exposition personnelle se déroulera à partir du 26 avril 2014 à la galerie Frank Elbaz, à Paris, qui le représente. Il collabore également, en tant que musicien, avec Sylvain Chauveau, Simon Fisher-Turner, Stephan Eicher, et fait par ailleurs partie du groupe de musique expérimentale Minizza.

Etienne Sandrin :
Etienne Sandrin est chargé de projets culturels. Il travaille aussi bien à la programmation de films et de vidéo (cycles, expositions) qu'à la création d'événements. Il a notamment été co-programmateur de la rétrospective Chris Marker au Centre Pompidou. Il travaille par ailleurs à la réalisation de films, à des mises en scène de spectacles ou d'événements parmi lesquels 'Le plus grand chat du monde', Marker /M. Chat, Centre Pompidou 2004, Pattes de deux, court-métrage, 2011, Bestiaire, performance avec Maroussia Vossen et Contact Gonzo, Tokyo, 2012. Depuis juin 2012, il est lecteur du Dépays de Chris Marker.

David Sanson, special guest (piano)